Stabilisation du quadruple afficheur 7 segments USB

Juste pour information, l’ajout d’une capa de 10 uF entre Vcc et GND est effectivement suffisant pour éviter les problèmes sur certaines machines (comme on pouvait s’en douter). Le montage semble maintenant stable et ne pose plus de problème, en tout cas depuis quelques 48 heures. J’ai également décidé de diffuser les sources du firmware dérivé des travaux de Dick Streefland pour son adaptateur USB SPI. En GPL donc.

Voici le tarball du firmware à copier directement dans les sources d’usbtiny. Attention, c’est du vite fait, du quick’n’dirty, du gruik coding de 10 minutes… Je ferai propre lorsque j’aurais un peu de temps devant moi. En attendant, il faudra vous satisfaire de ceci :

http://www.lefinnois.net/7seg.tar.gz

Tant qu’à faire, voici aussi le PDF du montage. La plupart des informations s’y trouve, sauf les résistances de 470 ou 330 permettant de relier le circuit du bas avec les 4511 et l’AVR et celui du haut avec les afficheurs à cathodes communes. Un coup d’oeil sur la photo et vous devriez comprendre :

Afficheur 4 fois 7 segments sur USB

Je poursuis mes essais concernant l’utilisation de l’Atmel AVR Attiny2313 cadencé à 12Mhz (quartz) permettant de gérer de manière entièrement soft l’USB. Voici un premier projet visant à remplacer un montage équivalent sur port parallèle : un notificateur/compteur de mail.

J’utilise désormais la technique du transfère de toner détaillées dans un autre billet. Cette fois, en lieu et place du fer à repasser j’ai utilisé une plastifieuse à document légèrement bidouillée. La température et la pression exercée sont constant mais quelques réglages devront encore être fait. Les pistes un peu épaisse ne sont pas parfaite en raison de la non uniformité du toner déposé par l’imprimante. Le problème ne se pose pas avec le fer à repasser car le toner fond bien plus et les imperfections se corrigent d’elles-même. Malheureusement, la pression du fer est totalement aléatoire et l’écrasement des pistes peut créer des faux contactes et autres bouchage de vias.

Avec des pistes épaisse les problèmes de recouvrement se pose mais cela reste acceptable. Un petit coup de lampe à leds permet de s’en assurer :

L’autre avantage du transfère de toner est de pouvoir très facilement s’occuper du marquage côté composants. Cela donne une touche plus pro :

Même de près :

Le montage ici présent utilise, bien entendu, le fameux Attiny2313 couplé à 4 décodeur BCD vers 7 segments 4511. On les voit ici, juste sous les afficheurs (oui, il y a une pétouille corrigée à la hache avec l’un des connecteurs PDIP):

Comme vous pouvez vous en douter le placement du module supérieur était une vrai partie de plaisir avec les 28 résistances devant s’insérer parfaitement dans le module inférieur. Etre Zen pour faire de l’électronique tu dois…

Au finale, le montage complet occupe un peu trop de place à mon goût mais je ne suis pas mécontent du routage finalement :

Les tests sont également concluant :

Malheureusement, après des essais sur plusieurs machines il semblerait qu’il y ai un problème de stabilité de l’alimentation. L’absence de condensateur entre le +5 et la masse n’est sans doute pas pour rien dans l’affaire. Je comprend mieux maintenant pourquoi le créateur d’usbtiny recommande d’activer la Brown Out Detection. Une autre solution est d’alimenter le montage en +5V stabilisé plutôt que via l’USB. Le montage pompe quelques 85mA, nous ne sommes vraiment par loin des 100mA que l’USB peut fournir sans négociation…

PS : Ah oui, j’oubliais. Je grave maintenant les circuits au persulfate de sodium. C’est plus pratique (transparent) et moins nocif et polluant que le perchlorure de fer. Un jour peut-être me laisserai-je tenter par le couple acide + eau oxygénée 30% (disponible chez Castorama). Mais je ne suis pas encore très chaud pour les dégagement gazeux dangereux..