Un super meat boy comme bouillotte…

Le résultat final (oui c'est gris, je n'avais pas de tissu rouge)

Le résultat final (oui c’est gris, je n’avais pas de tissu rouge)

Je ne suis pas très joueur en dehors de certaines période (où j’ai un peu de temps) et généralement je me lasse assez vite. Du coup, les jeux à la mode ont tendance à n’avoir aucun effet sur moi.

Des voisins en revanche ont accrochés il y a quelques temps à un jeu appelé Super Meat Boy, où l’on contrôle apparemment un bout de viande dans une espèce de jeu de plateaux. Pas de quoi vraiment capter mon attention (d’autant que dans les jeux de plateaux mon activité principale se limite généralement à tomber, perdre mon Yoshi et faire semblant de m’amuser alors que je préférerai aller à mon PC coder quelque chose d’utile).

Ce qui capte mon attention en revanche, c’est l’opportunité de, passez-moi l’expression, saouler les autres alors qu’ils s’acharnent sur un projet, en débarquant, nonchalant, une paire de jours plus tard, avec le même projet… fini.

Image de base à retraiter/nettoyer avec Gimp

Image de base à retraiter/nettoyer avec Gimp

C’est ainsi que l’idée de faire une bouillotte sèche (vous savez, avec du riz, des pois chiches ou des noyaux de cerises, à mettre au micro-onde) a été sauvagement piquée dans le seul but de le faire avant et mieux (oui, je suis un monstre parfois, mais je me dis qu’au delà du désespoir et de la démotivation ainsi suscitée, ainsi que de mon propre plaisir orgueilleux, il y a sans doute un mécanisme pédagogique à l’oeuvre (si, si)).

C’est ainsi qu’a partir d’une image de mauvaise qualité (merci Google Image), et un passage par Gimp (et non Inkscape cette fois), j’ai pu produire un résultat digne d’être enregistré en PNG et passé à PE-Design (logiciel propriétaire hors de prix pour Windows mais livré en version lite avec la brodeuse) pour traitement et génération d’un fichier de broderie PES.

Images nettoyée, agrandie et utilisant un nombre limité de couleurs

Images nettoyée, agrandie et utilisant un nombre limité de couleurs

Le reste n’est que de la découpe (aux ciseaux), une broderie et un peu de couture.

Le résultat final est gris faute de tissu rouge. Il ne faut pas exagérer, lorsqu’il s’agit de simplement satisfaire son ego et jouer le paon, ce n’est pas la couleur qui compte mais uniquement la démonstration qu’on peu accomplir le travail de façon rapide et efficace.

On pourra toujours argué du faire que le personnage est effectivement un bout de viande mais un peu avarié, ou tout simplement qu’on aime pas le rouge :)

Image en fausses couleurs pour un traitement plus aisé dans PE-Design

Image en fausses couleurs pour un traitement plus aisé dans PE-Design

Le fichier XCF est ici avec ces 16 calques et le fichier PES est là.

Pourquoi 16 calques ? C’est bien simple, malgré son prix PE-Design n’est pas d’une efficacité éblouissante en ce qui concerne la transformation d’une image bitmap en canevas de broderie (son prix s’explique comme celui d’autres logiciels du même type par la rareté des applications (faible concurrence) et une absence quasi complète de solutions opensources). Ainsi, si les couleurs sont trop similaires, PE-Design à tendance à fusionner des zones. Si on pousse trop la sensibilité, on se retrouve avec 35 couleurs de fils et une broderie complexe. La solution consiste donc à préparer l’image avec de fausses couleurs, bien franches.

On pourra dans le logiciel de broderie ou directement au moment de broder, utiliser les bobines de fil de son choix. De plus, les calques permettent de séparer les couleurs et de travailler avec des masques de calques. Ceci évite de déborder, dès lors que toute la partie noire est terminée.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Laisser un commentaire