Installation pseudo-propre de binaires sur Debian

Pris d’une nostalgie coupable, je m’étais mis dans la tête de bruler un peu de mon temps à quelque chose de purement inutile : jouer. Dans ce domaine comme dans quelques autres, les vieux classiques sont souvent les meilleurs solution. J’ai donc opté pour quelque chose de classique : Doom.

Debian fourni un paquet prboom constitué du programme diffusé par Id Software sous GPL et légèrement amélioré. Le paquet freedoom, quant à lui, fourni les données (cartes, monstrer, textures, effets sonores).

Mais je voulais quelque chose de plus… de moins… de mieux ! J’ai donc regardé du côté de Doomsday et compilé tout cela après installation d’une certaine quantité de dépendances (cycle cmake-capamarche-aptitude).

Et voilà, c’est compilé. Arrive le moment d’installer tout cela et là… c’est le drame ! Hors de question de jouer du make install à l’arrache. Je voulais un paquet bien propre.

La solution : checkinstall.

Et donc, au final, dans l’ordre :
% tar xfzv deng-1.9.0-beta6.1
.tar.gz
% cd deng-1.9.0-beta6.1
% mkdir doomsday/mybuild
% cd doomsday/mybuild
% cmake -DCMAKE_INSTALL_PREFIX=/usr  ..
[…]
— CMAKE_INSTALL_PREFIX          /usr
— DENG_BASE_DIR                 /usr/share/deng
— DENG_LIBRARY_DIR              /usr/lib
— DENG_BINARY_DIR               /usr/bin
— DENG_ENGINE_DATA_DIR          /usr/share/deng/data
— DENG_JDOOM_DATA_DIR           /usr/share/deng/data/jdoom
— DENG_JHERETIC_DATA_DIR        /usr/share/deng/data/jheretic
— DENG_JHEXEN_DATA_DIR          /usr/share/deng/data/jhexen
— DENG_JDOOM64_DATA_DIR         /usr/share/deng/data/jdoom64
[…]
% make
% checkinstall
Et voilà. Au final, on retrouve un sympathique doomsday_20090425-1_i386.deb dans le répertoire courant et les fichiers bien proprement installés. Bien sûr, ce n’est pas parfait, aucune dépendance n’est gérée, etc. Mais la désinstallation se fait très bien (via dpkg -P) et c’est le plus important.

Pour une petite demi-heure de jeu et le plaisir de massacrer quelques cacodemons avec des effets 3D bien plus sympathiques que dans le jeu original, c’est suffisant. Accessoirement, le binaire supporte ausso bien Doom, qu’Heretic ou Hexen…

Nostalgie, nostalgie…